10 février 2012

That Uncertain Feeling : On the edge EP


On the edge EP par That Uncertain Feeling

Sortie : 1992
Produit par Ed Buller
Label : Dead Dead Good

« A higher land » et « Violent Eye » reprennent les choses là où on les avait laissées : mode turbo, surcharge de guitares, distorsions en forme de sirène hurlante, batterie fracassée. « A higher land » en serait presque méchant. Mais sous ce mur du son, se dévoile un chant qui admet ses faiblesses, se fait doux et cajoleur, et cède souvent la place aux échanges de guitares pour ne jamais s’imposer. Un titre qui devient alors fabuleux, hors de portée, presque en apnée. Les saturations de « Violent Eyes » laissent malgré tout la place à des lignes de guitares tordues, hautement mélodiques, un vrai régal à suivre au-delà de ce rythme ébouriffant. Il faut bien que jeunesse se passe !
Un peu à part de ce qu’à fait le groupe jusqu’à présent, « On the edge » est un hommage appuyé aux groupes baggy, The Stone Roses et The Charlatans en tête (leur label d’ailleurs est le même que celui de Tim Burgess). C’est là qu’on sent que le groupe vient de Manchester : boite à rythme à gogo, clavier absolument kitch, guitares psychédéliques qui tracent de grandes gerbes, couches multiples de guitares. Et pourtant ce titre est absolument magique ! Probablement, le meilleur que le groupe ait jamais écrit !
On y retrouve une poésie incomparable, avec ces chants angéliques, naïfs et ouatés à souhait, qui se pavanent au milieu de cette surcharge d’instruments. Une envolée lyrique et psychédélique sous la forme d’une secousse artificielle digne des boites de nuits du Manchester de la grande époque. Le rythme est ébouriffant, ne faiblit jamais, et les parties de guitares sont tout simplement merveilleuses, complexes, hypnotiques et surpuissantes. Ce morceau shoegaze se transforme tout simplement en hymne pour toute une génération, amoureux de vitesse, de mur du son énorme, de cajoleries. Tant pis si le son a vieilli, il reste les paillettes…

Aucun commentaire: