19 février 2012

Fiche artiste de Christianes


Christianes

C’est en 1989 que les amis d’enfance Christian Arenas et Cristían Heyne décident de s’investir sérieusement dans la musique. Ils fondent alors Christianes à Santagio même s’ils ne sont âgés que de 16 ans. Ils vont aborder une esthétique qui n’existait pas auparavant au Chili, influencé par Cocteau Twins, The Cure ou The Jesus and Mary Chain. Ils se lancent immédiatement en concerts, sans avoir les structures, ni les amplis nécessaires.
Heureusement, la venue du guitariste Juan Carlos Oyarsún, qui a répondu à une petite annonce, a permis de consolider l’écriture des chansons. Assurant la part de chant, il a été responsable de l’esthétisme du groupe, en faisant les affiches, en gérant la lumière ou la posture à adopter sur scène. Le songwriting se complexifie, autour de langueur shoegaze et de saturations éthérées.
Cependant le public a du mal à s’y faire ! L’attitude résolument anti-rock sera très mal vue. On se souvient d’un concert en 1990 où le groupe joue devant une assemblée de punk ! Devant leur prestation, le public les hue, les conspue et les insultes fusent : « espèces de pédés ! Faites sonner vos guitares comme de vraies guitares, bandes de femmeletes ! ». Cette mésaventure résume bien comment le mouvement shoegaze a eu du mal à trouver validation auprès du grand public. Il est vrai que le comportement réservé se situe à l’opposé des provocations habituelles du rock.
Malgré ces galères, le groupe commence à se faire un nom. Il apparaitra au sein de la fameuse scène dark au Chili, avec Lucybell entre autres. Christianes souhaite approfondir leur tendance pop mais Juan Carlos Oyarsún n’ayant plus assez de temps pour les répétitions, a fini par quitter le groupe. Désemparés, le groupe a alors fait appel à la petite amie de Christian Arenas ! Celle-ci, Evelyn Fuentes, était à l’époque étudiante en danse et n’avait aucune expérience dans le chant !
Seulement son incorporation a été une bénédiction. Car Evelyn possède une voix hors du commun ! Son chant léger, mutin et angélique allait donner une coloration nouvelle au shoegaze biscornu du groupe. Christian Arenas allait dès lors ne s’occuper que de l’écriture musicale, tandis que sa petite amie, Evelyn, allait s’occuper des paroles. Cette nouvelle optique allait permettre au groupe d’être signé sur une major. En effet, lorsque EMI allait lancer son projet « El nuevo rock chileno », afin de défendre les groupes locaux, Christianes allait rejoindre un catalogue, qui allait devenir culte plus tard, comprenant Los Tetas, Lucybell, Pánico etc…
Ce contrat inespéré allait permettre l’enregistrement d’un album. Même si les moyens alloués concernent uniquement la location du studio (le groupe devant s’acheter ses instruments sur ses propres moyens !), Ultrasol, le seul et unique album du trio chilien, sort en 1995, aidé par un clip vidéo, « Mírame solo una vez », (presque) un carton au pays, qui réussira à devenir n°1 des diffusions radios. La cohabitation étonnante du chaos mélodiques et du souffle caressant de la voix de Evelyn Fuentes bluffe le monde, comme la presse.
Mais les espoirs placés en eux n’ont jamais abouti, notamment parce que le groupe refusait et détestait l’exposition médiatique tout nouvelle. Lorsque Cristían Heyne a préféré s’intéresser à ses projets musicaux en tant que producteur dans le monde indépendant, les travaux s’en sont trouvé perturbés, jusqu’à aboutir à la dissolution du groupe en 1997.

Aucun commentaire: