2 mai 2011

The Sunflowers : It's only everything EP


It's only everything EP de The Sunflowers

Sortie : 1991
Produit par Steve Mark
Label : Claw Fist

Il est de tradition dans le rock anglais, de faire des ballades, mais des ballades rapiécées, jouées tambour battant et toute barbouillées. The Sunflowers, petit groupe sans prétention, est plutôt bon à ça. Reprenant leur répartition habituelle du vinyle single, une face plutôt calme, l’autre plutôt nerveuse, The Sunflowers signe deux titres superbes de shoegaze.
Le premier, le divin « It’s only everything », probablement leur meilleur morceau, se gorge de guitares saturées, jusqu’à emplir tout l’espace, mais n’oublie jamais un seul instant un certain côté enjôleur, sublimé et quelque peu magique, mais alors avec beaucoup de pudeur. Et ce qui en fait une chanson culte, parfaite pour définir ce qu’était réellement le shoegaze à cette époque bénite, c’est que ce côté alangui est joué avec une tendresse toute naïve, celle de jeunes désireux de faire avant tout cracher les guitares. La basse est splendide, elle se maintient durant tout le morceau malgré le recouvrement, tout comme cette merveilleuse guitare sèche qu’on devine à peine derrière les saturations, qui va conférer beaucoup d’émotions, repris par ce chant mi-ampoulé, mi-braillard. L’écriture qui mélange un sens inouï de la mélodie romantique et une volonté farouche de faire exploser les enceintes, est pourtant typique de l’Angleterre.
Car il ne faut pas l’oublier, les gosses de The Sunflowers sont avant tout des sales gosses, et ils le font bien savoir avec « Too far too fall ». Ce second titre dégage une pugnacité, un affront et une nervosité sans égale, sans que jamais le sens de la mélodie ne soit galvaudé : refrain rock digne des meilleurs concerts anglais, chant dédoublé et grandes bouffées de « aaaaaaaaaaaaaaaaah » revigorant, solos de guitares virevoltant et partant dans tous les sens, saturation et son particulièrement dense, on se régale ! Il n’y a qu’eux pour faire des ballades rock aussi criardes et vulgaires.

Aucun commentaire: