12 avril 2011

Fiche artiste de Butterfly Child


Butterfly Child

Personnage à part dans le monde pop anglais, très certainement maudit, Joe Cassidy possède la particularité d’être inconnu de tout le monde, sauf de ses pairs et de la presse, qui lui voue un culte. Ses albums, abscons et psychédéliques, seront reconnus comme de véritables merveilles, sauf que personne ne les a jamais achetés !
Seul membre constant, Joe Cassidy fonde son projet à Belfast en 1990 et c’est grâce au label de AR Kane, qu’il sort son premier single l’année suivante. La filiation est encore évidente sur « Tooth Fairy », mélange entre shoegaze et dream-pop, mais dès le suivant, « Eucalyptus », Joe Cassidy impose sa pate et se démarque, avec des propos nettement plus expérimentaux.
C’est avec ces singles pop sur le célèbre label Rough Trade que Butterfly Child se fait remarquer, puisqu’ils seront chacun élus « single of the week » par le NME ou le Melody Maker, une performance ! L’album « Onomatopoea », en 1993, est un collage de divers délires pop à la Brian Wilson, assez dur à suivre et très brouillon, ce qui ne l’empêche pas d’être encensé par la presse, car on y décèle de multiples coups de génie. Le suivant, « The Honeymoon Suite » paraîtra en 1995 sur Dedicated (Spiritualized, Cranes) et sera beaucoup plus accessible, lumineux. « Le terme de pop parfaite devrait être inventé pour eux » reconnaîtra même un journaliste du Melody Maker. Quelques temps après, Joe Cassidy s’envole à Chicago pour y enregistrer le troisième album, « Soft Explosives », son chef d’œuvre le plus mature.
Malgré un groupe de fans hardcore et autant d’éloges de la part de la presse spécialisé, aucun de ces albums ne réussira à se vendre. Joe Cassidy demeurera alors un artiste incompris.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour, j'ai trouvé quelques titres sur youtube, mais impossible de trouvé l'album en entier, un lien Megaupload ou du genre? Il a l'air d'être aussi dur à trouver en support physique qu'en mp3 :(
En tout cas ton blog regorge d'infos, continues.