22 décembre 2009

Fiche artiste de Toyen



Toyen

Bien qu'ayant démarré officiellement en 1989, peu de temps après la Révolution de Prague, Toyen était particulièrement attendu, tant par la presse que par une frange importante de la jeunesse estudiantine, car ses membres faisaient auparavant parti du groupe légendaire Letadlo, réputé pour avoir été censuré à de maintes reprises par le régime communiste.
A la base : Petr Chromosky à la guitare et au chant, Ivo Heger, le guitariste qui écrira la majorité des chansons, Petr Vaclavek, le bassiste qui écrira quant à lui toutes les paroles et Jimi Simecek, à la batterie, leader du groupe.
Le miracle de Toyen (dont le nom fait écho à celui choisi par la célèbre peintre suréaliste tchèque, Marie Cerminova) est d'avoir eu un temps d'avance à chaque fois sur ses contemporains. Ce sont eux qui les premiers vont dénicher dans les disquaires, à la sauvette, sous le manteau parfois, des vinyls de formations indépendantes, Echo and the Bunnymen, New Order, Ride, Jesus and Mary Chain, The Smiths, qui oseront chanter à la fois dans leur langue natale et en anglais, qui pratiqueront une musique innovante pour la scène tchèque, low-tempo, mélancolique, teinté de new-wave, comme sur leur premier maxi "Following the disappeared railroads", en 1991, qui se hisseront au sommet des charts tchèque, une première pour un groupe alternatif, et qui se feront remarqués par les chaînes de télé américaine (c'est Scott Murphy, superviseur de la chaîne ABC, qui prendra le groupe sous son aile après avoir vu quelques concerts dans les pubs de Prague) à tel point qu'on leur proposera une tournée dont le point d'orgue fut certainement une session au célèbre BCBG's, le club de New-York.
Le groupe voit alors sa carrière décoller avec une signature sur une division de Sony Records, un album, "Last Free Swans!" en 1992, beaucoup plus dur et lourd, produit par Colin Stuart, qui fera rentrer Toyen de plein pied dans la vague shoegaze du pays, une nomination aux Grammys local, des concerts en Angleterre, et enfin une reconnaissance de la part de MTV Londres, où durant la célèbre émission 120 minutes, Toyen aura le droit à un portrait, avec des extraits de live et un clip vidéo, réalisé par David Ondricek, ami du groupe, et futur réalisateur du film culte Septej.
C'est lorsque le groupe est au top que Ivo Heger décide de partir se consacrer à un autre projet, The Way. C'est un coup dur, car malgré le remplacement par Jiri Krivka, le groupe pert de son identité d'antant. Pourtant en 1993, Toyen signe sur BMG et prépare un deuxième album avec Jan Muchow, le leader de Ecstasy of Saint Theresa. Il sera même invité par Depeche Mode pour faire leur première partie. Alors qu'on pourrait croire à la consécration, Jiri quitte lui aussi le groupe, en pleine tournée aux Etats-Unis, qui avait été organisée de nouveau par Scott Murphy, et c'est le glas du groupe.
En 1997, le troisième et dernier album, "Ia Orana", dont le style revient à celui des débuts, est publié, produit par Ivo Heger, l'ex-guitariste, accompagné d'un documentaire tourné par David Ondricek qui paraitra à la télé tchèque uniquement, afin de sceller définitivement l'histoire de ce groupe ô combien fondamental pour l'histoire du rock indépendant en République Tchèque.

Aucun commentaire: