20 janvier 2009

White Come Come : The Broken Bird



The Broken Bird de White Come Come

Sortie : 1992
Produit par White Come Come
Label : Sugarfrost


Collectionner les singles parus à cette époque se révèle un bon moyen pour faire des (re)découvertes. Au rayon des groupes complètement inconnus, White Come Come figure en bonne place.
Venant du Japon, signé sur le minuscule label Sugarfrost, sans doute encore plus obscur que le groupe lui-même, n’ayant à son actif que cet EP, White Come Come s’attribue dès lors le titre de formation culte.
Culte, car malgré la curiosité qu’on peut ressentir à dénicher un tel groupe, ces quatre petites chansons sont tout bonnement excellentes ! C’est ce que le shoegaze peut offrir de meilleur : une piste de décollage pour un départ tranquille et assuré, direction l’espace.
Que ce soit le rythme groovy de « Rise », alimenté par un duo de voix absolument charmant et des guitares saturées légèrement ondulantes, comme avec My Bloody Valentine, la ligne de basse irrésistible de « Luv Lemon Lies », le titre le plus rock’n’roll de cet EP, ou bien l’esprit totalement vaporeux et brumeux de « Sink » (on dirait les litanies enfumées d’un couple au sortir d’une nuit orgiaque, agitée et harassante, dont les effets nauséeux ne se seraient pas encore estompés), on savoure, avec délectation, ces usages laconiques des arrangements instrumentaux, essentiellement à base d’ondes saturées et d’une basse paresseuse. Tout est là pour se laisser emporter et se mettre à rêver. En effet, comment se remettre d’un morceau comme « Sink », dont les sept minutes suffisent à annuler toutes les forces environnantes et emmènent l’esprit loin ailleurs, à grand renfort de saturations parfaitement maîtrisées ?
Et comment surtout se remettre de la claque reçue par « Broken Bird », véritable tourbillon, joué à cent-à-l’heure, sur un tempo d’enfer, digne des boites de nuit, mais impossible à suivre, car trop effréné ? Une vraie bombe ! Tout s’emballe, dans une danse sous speed, guitares, voix, batterie, à la fin, la centrifugation aboutit à un mix hallucinogène, secouant et décoiffant au possible.
Il faut mettre la main sur cet EP à tout prix !

Aucun commentaire: