13 janvier 2009

ESP Continent : Mars is a ten


Mars is a ten de ESP Continent

Sortie : 1995
Produit par Warren Defever
Label : Karina Square / Perdition Plastics

A l’instar de Brian Eno et David Byrne, le projet ESP Continent profite de la rencontre de deux musiciens talentueux pour faire de la fusion de deux mondes bien dessinés, un tout nouveau monde.
Celui de ESP Continent est particulièrement particulier, étrange et éthéré, mais très chaleureux et accueillant. On le savait, Ian Masters était un être fragile, un peu à part, sur la lune, et désormais avec Warren Defever, il peut laisser libre court à son imagination. Accompagné de guitares acoustiques, jouées façon harpe, l’anglais farfelu traîne et distille de sa voix virginale des complaintes religieuses, qui n’ont que très peu à voir avec le rock traditionnel, mais qui à chaque fois touchent au cœur. Sans doute grâce à la modestie des arrangements de Warren Defever, toujours minimalistes et épurés (un piano gothique par ci, une guitare sèche par là et c’est tout).
C’est ainsi un plaisir de (re)découvrir la voix de Ian Masters, sans fard, ni artifice, ni tous ces effets d’écho, devenue ainsi véritablement pure, tremblotante, adolescente. Elle prend toute sa mesure sur des ballades angéliques, telles que « Sticky Sun », le superbe « Great Eye is Simple Eye » ou le mirifique « Your Hands ». Parfois l’épure arrive à son extrême expression : de simples vocalises d’enfants de chœur à n’en plus finir, sur fond de cordes grattées avec lenteur (« Land of 102 »). Ou bien un folk décharné et squelettique (« Web of Dream »). Tout du long les arrangements sont splendides (guitares, violons, chœurs) tout en restant d’une modestie incroyable. Cela cède plus de place aux mots, qui coulent et glissent comme des fluides pour une peinture à l’aquarelle, triste et surréaliste.
Si le minimalisme ambiant surprend et oblige à forcer l’écouter pour s’immerger complètement, ESP Continent nous montre également un tout nouveau visage de Ian Masters, débarrassé des guitares noisy, pour une accalmie pieuse des plus surprenantes.

Aucun commentaire: