27 août 2008

Fiche artiste de Springhouse


Springhouse

La reformation de Springhouse, accompagné d’un nouvel album et d’une tournée américaine, peut être pris comme une heureuse surprise, après des années de traversé du désert pour les trois new-yorkais.
Incapables de vivre de leur musique, Jack Rabid, Mitch Friedland, Larry Heinemann, enchaînaient les petits boulots sur New-York, réduisant leur chance de partir sur les routes et de multiplier les concerts. Pourtant en quelques singles et deux albums, Springhouse réussi à s’inscrire comme l’une des formations américaines les plus originales. Poussant sa pop dans les plus lyriques élans de puissance, Springhouse dépeint surtout l’amertume de ses musiciens, dépité par l’absorbance émotionnelle que peut provoquer une ville comme New-York sur les gens.
Emergeant du proto-groupe punk Even Horse de Jack Rabid (où figura un temps Thurstoon Moore de Sonic Youth !), le trio new-yorkais comprend également Larry Heinemann à la basse et Mitch Friedland au chant et à la guitare. Ces musiciens ne se sont jamais quittés depuis.
Après un premier single, « Menagerie Keeper », sorti sur le label SOL (celui de Bob Mould), le groupe réussit à signer sur Caroline Records pour y sortir un premier album en 1991, et parallèlement ouvre les concerts de quasiment tous les groupes connus de New-York. Le leader de The Chills les considérera comme le meilleur groupe américain, tandis que Bob Mould, en grand fan, reprendra une de leur chanson. Encouragés et plébiscités (grâce notamment à leur tube « Eskimo » qui traite des sans-abris), les membres de Springhouse avoueront pourtant amèrement que cela n’est pas suffisant pour lancer leur carrière. « Ça ne pourra pas représenter toute notre vie. Il n’existe pas d’allocation chômage. Il est impossible de faire quelques concerts dans le quartier, de se faire un peu d’argent et de garder un groupe soudé. La différence entre les groupes anglais et américains, c’est que les groupes anglais peuvent vivre de leur musique. ».
Avec leur modeste moyen, le trio américain tentera de parfaire leur pop, qui évoquera pour beaucoup Echo and The Bunnymen, The Smiths ou les Buzzocks. Désireux d’émerger de la masse des groupes contemporains de son époque, les membres de Springhouse présentent une philosophie amère par rapport au rock indépendant. « La musique underground est tellement élitiste que ça érige au rang de n°1 n’importe quoi, dira Jack. Jouer dans un groupe comme ça serait contraire à mes principes. La première fois, c’est de l’histoire, la deuxième fois, c’est de la merde. Dans le rock, rien ne vaut les originaux. »
Mais Jack se défend de toute nostalgie : « On souhaite faire une musique qui pourra s’écouter dans 15 ans sans avoir à le remettre dans le contexte ». Ce sera chose faite avec le magnifique « Postcard from the arctic », plus puissant que son prédécesseur et plus évocateur.
En réalité, leur musique est surtout une manière de décrire les maux du cœur et un certain mal-être existentiel. Comme l’explique Jack Rabid : « Le titre de notre deuxième album est surtout une métaphore à propos de New-York. Le thème de l’album concerne les ruptures amoureuses. » Heinemann confie même : « On a eu une année assez chargée émotionnellement, donc c’est un album plus personnel que le premier ». Le rapport avec la ville est très présent, sous une forme brutale, de conflit larvé : « Survivre dans cette ville te rend plus fort. Je ne pense pas que ceux qui ne connaissent pas la ville, puissent comprendre ça. La ville n’a rien à voir avec les films de Woody Hallen où on peut manger chinois à deux heures du matin ».
D’un autre côté, difficile pour eux de s’imaginer partir en tournée, eux qui sont nés là-bas, d’autant qu’il leur faudrait mettre en parenthèse leur boulot journalier (assistant d’éducation et critique de rock pour Jack, serveur pour Larry et pharmacien dans le Queens pour Mitch). Croulant sous les contraintes, Springhouse s’effacera dans l’anonymat de la mégapole. Jusqu’à un retour inespéré en 1998.

Discographie :

-
Land Falls

- Postcard from the Arctic

Aucun commentaire: