1 juin 2007

Medicine : The Buried Life


The Buried Life de Medicine

Sortie : 1993
Produit par Brad Laner
Label : American Records

Avec cet album plus varié et plus lumineux, Brad Laner n’hésite pas à ouvrir sa musique glacée sur le monde et l’extérieur, osant même inclure sur un titre, piano et violons, permettant à certains morceaux de s’épanouir et de s’astreindre d’une pesanteur entravante.
Ce qui ne veut pas dire qu’il abandonne les assauts noisy et les distorsions interminables pour autant. Les chansons, plus resserrées autour d’un concept pop, additionnent pourtant des opposées de plus en plus criantes, associant ainsi des lignes mélodiques ensoleillés à des parasites sonores à faire mal aux oreilles. L’utilisation frénétique de crissements, de grincements de guitares et de déchirements dans les aigus peut apparaître comme une tentative de sabotage. Pourtant elle ne gâche en aucun cas l’entrain quasi-insouciant des chansons. Presque simples s’il n’y avait pas ces clashs sonores, presque éprouvants, au rythme entraînant, hautement mélodiques, les titres charment d'entrée de jeu, sans se compliquer et en misant sur la mise en relief de refrains impeccables. Les guitares crissent et se tordent, jusqu’à se mélanger énergiquement en un nuage de parasites brouillons, pour composer des ambiances joyeusement dynamiques, sur lesquelles vient se poser la voix douce et fruitée de Beth Thompson. Sous des dehors effrayants, peu orthodoxe, quasiment futuriste, on découvre les titres les plus adorables qui soient.
Avec The Buried Life, le génial Brad Laner fait prendre un nouveau virage à la pop. En lui adjoignant ses pires ennemis (saturation, son ressemblant à une fraiseuse électrique, pollution sonore, impression d’utiliser des instruments coupant et non adoucis, rythmique carrée), il réussit malgré tout à insuffler un vent de fraîcheur incroyable, novateur et entraînant.
Et il est rare qu’un album aussi exigeant musicalement recueille autant de suffrages. Il serait donc dommage de passer à côté de ce recueil de mélodies douces-amères.

Aucun commentaire: