28 avril 2007

Secret Shine : Untouched


Untouched de Secret Shine

Coup de coeur !

Sortie : 1993
Produit par Corin Dingley
Label : Sarah Records

Déballant un incroyable arsenal instrumental, à coup de basse racée, d'arpèges brillants, de batterie cérémoniale et d'harmonies célestes, ce groupe signe une symphonie condensée, démesurée et à la grandeur exubérante. Le jeu, tout en saturation, créé un décorum parfait pour les voix vaporeuses, immaculées et légères, dont les échos sont d'une beauté à couper le souffle. Les chants sont si éthérés qu'on croirait entendre des anges (« Temporal »). Ces titres, assez lents, très majestueux, sans véritable couplet, ni refrain, et dont on comprend à moitié les paroles, sidèrent pourtant par leur magnificence inégalée, leurs mélodies cachées, leur maniérisme de cathédrale. Des pièces comme « Into the either » ou « Toward the sky », sont des joyaux compliqués, recouverts de voiles multiples, tant et si bien que tout se mélange, sans rien perdre de la grâce. Malgré la guitare sèche, un titre comme « Sun Warmed Water » reste extrêmement vaporeux et difficilement tangibles, surtout lorsque la batterie frappe fort et que tout est noyé sous les distorsions.

En quelques pièces riches et exigeantes, Secret Shine redécouvre une merveille d'intensité dont le flot cristallin nous entraîne dans des dérapages inouïs. Untouched est un miracle. Une sorte de soleil noir qui nous réchauffe et nous enveloppe dans sa clarté brumeuse pour réveiller en nous des impressions de douces tristesses. Sommet inconnu du mouvement shoegazing, considéré à tort par la presse de l'époque comme un opus de second ordre par rapport aux chef-d'oeuvres que sont Nowhere de Ride ou Souvlaki de Slowdive, Untouched arrive pourtant largement à leur hauteur. Il se veut même la plus parfaite déclaration d'amour à la mélancolie.

C'est sans doute pour cela que cette musique incroyable nous touche autant : profondement tourmentée, désespérement en quête de rien d'autre qu'elle-même, magiquement délicate, discretement insidieuse, simplement envoutante...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire