20 juin 2016

Loco-Holidays : Engine Flower

Engine Flower

Sortie : 1991
Produit par Hideroni Ataka
Label : Confusion

Et si une des meilleurs reprises du Velvet Underground nous venait du Japon ? Qui aurait cru qu'avec le très saturé "Femme Fatale", cet obscur groupe allait nous offrir cet hommage ? Pour entendre cette curiosité, il faut auparavant mettre la main sur cet album, aussi demandé qu'il est rare.
C'est un maxi en forme de premier jet, une tentative brouillonne, histoire de voir la suite, mais ça en restera là, les membres du groupe s'en allant pour d'autres aventures. On pourrait se sentir frustré de si peu de titres.
Mais au final, tout est dit. Saturations, rythme enlevé, guitares sèches par moment ("Desert me"), chant légèrement en retrait et peu concerné, fanfaronnade instrumentale, on s'amuse beaucoup ici et on se délecte ("Silly Smile"). Et derrière cette apparente bonne humeur, le détachement n'est jamais loin de se faire sentir, avec des chants langoureux, des nappes de guitares, et des coupures transcendantales, de chérubins venus du ciel, comme avec ces échos sur "Bloody Minded Hill".
Le chant de la délicieuse Hideka Matsuno apporte une couleur bien chaleureuse aux chansons, comme sur "Strawberry", tout couvert de rose, de jaune flashy, d'orange mélancolique et de vert insouciant. Elle s'envole dans de tels aigus !
Ce qu'on aime dans le shoegaze japonais, c'est cette réappropriation, faisant d'un style anglais, le leur, comme s'ils l'avaient inventé et que ça avait toujours existé chez eux, étant donné que ça leur colle à la peau. Il y a une langueur dans le chant, même dans le jeu de l'excellent "Two Gloomy Suns", qui dépeint parfaitement les errements d'une nouvelle jeunesse, désabusée vis-à-vis de la génération précédente, et aspirant à des exaltations beaucoup plus artificielles, pour ne pas dire narcotiques.


Aucun commentaire: