21 juin 2016

BP. : Golden BP.

Golden de BP.

Sortie : 1997
Produit par BP.
Label : ZK Records

Il n'y a que les japonais pour faire une musique aussi furieuse de dézinguos !
Une tête de jouet sur fond jaune est dessiné sur la pochette. Un logo intrigant, qui devient carrément suspect et tendancieux à l'écoute de ce déluge fracassant et déstabilisant.
Impossible d'apposer une étiquette sur cette musique, encore moins de la classer quelque part tant ça ne ressemble à rien de bien arrêté. La jaquette fait penser à de l'electro ou de la J-pop des plus affreuses, quant au son il flirte aussi bien avec le screamo qu'avec le rock le plus sucré qu'il soit. Ici les définitions explosent littéralement à grand coup de guitares lourdes et de coups de batterie énervés ("ES", meilleur exemple). Pourtant l'album n'est en rien extrême mais il est juste étonnant. Notamment par la voix, funambule et gracieuse ("Count"). Ce qui est encore pire. Et que penser de cette voix gentillette et candide, qui rien que par sa présence dans ce fracas dangereux fait frissonner ? Les mélodies sont à tomber à la renverse, le rythme imposé est particulièrement prenant, l'atmosphère effrénée en impose et le chant est absolument charmant, d'une douceur inégalable. Cependant on sent bien que c'est totalement subversif, profane et que le ton implacable et pesant en devient alors déroutant, presque attrayant.
On passe du shoegazing pur à la pop en passant par du grindcore ("Diving Death Drive") avec à chaque fois une maîtrise impeccable du son ou de l'instrumentalisation. Rien ne semble incongru. Ça sonne metal (les vocaux grawlés de "A girl in a closet") tout en gardant un sens inouï pour la mélodie et l'atmosphère acidulée de la pop. Leur chanteuse a une voix unique, capable de chanter de façon douce et sensuelle comme de monter dans les aiguës avec une agilité qui force le respect. Les riffs sont tout simplement monstrueux. Des morceaux comme "Cereal" ou "(Behind the)Green Door" sont des merveilles de rock bruitiste et nerveux aux enchaînements entêtants, capables de se faire tout aussi adorables. Ce n'est ni violent ni brutal à proprement parler, c'est juste que BP. exprime une forme de furie contrôlée.
Le résultat dérange parce qu'il ne va pas à l'encontre des idées arrêtées et cartésiennes. La musique BP. est fascinante en ce sens qu'elle a un côté mystérieux et impossible à déchiffrer. C'est le grain de folie qui se cache derrière qui donne un côté dangereusement attirant et en tout cas très troublant.

Aucun commentaire: