19 mars 2012

Six String Malfunction : Kirlian


Kirlian de Six String Malfunction

Sortie : 1994
Auto-produit


Roland Daum, tout seul à la maison, enregistre ses plages sonores à l’aide uniquement de superpositions de couches de guitares lentes et vaporeuses. Il s’en dégage une sorte de texture, un travail plus sur la consistance que sur la mélodie, des voiles cotonneuses, légèrement électrifiée et saturée, un brouillage absolu du message pour aboutir à une ambiance délitée, d’où émerge à peine une voix fantomatique, râle aussi léger qu’une brise féerique.
Il est le premier à avoir dissolu le shoegaze : plus de section rythmique, plus de lignes harmoniques, quasiment plus de voix, et plus guère de guitares si ce n’est pour tisser des nappes filandreuses et des couches moelleuses parsemées de grésillements. L’adjonction de couches augmente malgré tout la densité, qui va dégager une lumière blafarde mais merveilleuse et sacrée, de part les claviers. Ceux-ci, lents et reposés, fantasmagoriques et irréels, proposent même une sortie totale des choses concrètes. On est dans l’évanescent, dans le décharnement, dans la sublimation d’une substance. Un fluide qui coulerait et s’étendrait sur le monde à la manière d’un ether venu d’un autre plan merveilleux.
Roland Daum va même jusqu’à supprimer complètement la notion de groupes. En utilisant ses propres samples de ses guitares et en les additionnant, il montre l’absurdité de la multiplicité. C’est par la fusion qu’il annule la disparité, la nécessité d’être synchronisé dans le temps et la communication. Il est tout seul et produit pourtant une surcharge instrumentale. Au-lieu d’un entrechoc de désirs antagonistes, il ne subsiste qu’une étrange beauté, froide, évanescente et dure à écouter. Issus d’expérimentation, d’addition, de traficotage et de multiples enregistrements répétés, ces nappes de guitares annulent le temps, le direct et les émotions prises sur le vif. On entend sur cette cassette, résultat d’un 4-piste, enregistré avec peu de moyens, l’incroyable tranquillité de l’acharnement.

Aucun commentaire: