30 septembre 2011

Fiche artiste de Low Dream

Low Dream

La rock indépendant, c'est ça : nouer un contact privilégié avec les fans pour faciliter leurs venues durant les voyages et les concerts. Low Dream est devenu un groupe culte grâce à son rapport étroit avec son public, limité mais fidèle.
Pourtant, en live, Low Dream ne ressemble en rien à un groupe fougueux et agressif, qui en jetterait plein la vue, bien au contraire, sa mixture à base de guitares ressemble à une séance d'hypnose, basée sur un bruit éthéré.
Considéré comme le plus anglais de tous les groupes brésiliens, pour son style influencé par le courant shoegazing (mais également le psychédélisme du Velvet Underground), Low Dream est né à Brazilia en 1991.
Les frères Giulliano et Giovanni Fernandez, après avoir été dans un groupe appelé Flower's Land, se sont associés avec le bassiste Samuel Wolf, puis ont sorti une première chanson, "Dreamland", vendu à plus de 800 exemplaires et diffusé sur le MTV local. Elle sera ajoutée à une démo, qui avec ses six guitares mixées, préfigurera la son du groupe, très condensé.
En 1993, le groupe se fait remarqué pour sa prestation réussie et inoubliable au célèbre Juntatribo Festival, évènement essentiel qui a lancé la nouvelle scène shoegaze du Brésil. L'année suivante, sort leur premier album, hommage à My Bloody Valentine (ce qui sera revendiqué par les auteurs eux-même). Le trio reçoit alors toute l'admiration du public, qui se déplace dans plusieurs Etats du Brésil pour les voir.
Low Dream signe alors sur Midsummer Madness, label important puisqu'il héberge la plupart des groupes shoegaze brésilien, comme Old Magic Pallas ou Brincando de Deus. Le deuxième album sort en 1996 : il sera davantage mélodieux, davantage pop, bénéficiera d'un son plus clair, et nécessitera de l'apport d'un quatrième membre, le guitariste Eduardo Luiz, fraîchement débarqué d'Europe. Il sera une parfaite réussite et un des meilleurs albums du rock indé au Brésil.
Malheureusement le manque de structure efficace de diffusion au pays et le manque de place médiatique accordé au rock indé, entraîneront la séparation du groupe, qui aboutira fatalement après une longue période d'inactivité et de silence radio, malgré le projet parallèle Magneto. Seul Guilliano arrivera à tirer son épingle du jeu, en devenant, sous le nom de DJ Hooper, un des plus intéressants artistes électro de Brasilia.

Source : biographie

Aucun commentaire: