4 juillet 2009

Should : A Folding Sieve


A Folding Sieve de Should

Sortie : 1995
Produit par Marc Ostermeier
Label : ND / Words on Music


Les débuts du groupe, à l’époque où il s’appelait encore Shift, sont très étranges et plutôt nébuleux. On ne peut pas vraiment dire qu’il soit fécond en signaux.
Globalement la production est pesante, transformant les guitares en grésillement permanent, comme des drones recouvrant et ronronnant. A titre d’exemple, « Feels like morning » (qui porte bien son nom) est particulièrement lourd et paresseux. Quant à « Resonate », on y retrouve une ambiance industrielle. Ce qui n’empêche pas de sublimes voix douces de se faire entendre, comme sur le magnifique et monolithique « Clean », qui devient de plus en plus terrible à mesure qu’il avance, ou sur le planant « Pulling ».
La première chanson, elle, est encore plus difficile d’accès. « Rolling » s’ouvre sur un piano qui semble surgir de loin, avant qu’un drôle de clavier ne fasse irruption pour pondre quelques notes éparses mais envoûtantes. Extrêmement lent et surtout minimaliste, ce morceau instaure une atmosphère à la fois délicate (en témoigne le chant vaporeux mais plaintif) et troublante.
Par la suite, sur « Breathe Salt », Should dévoile les prémices de son talent à conjuguer ses voix féminines et masculines d’une incroyable suavité au service de couvertures de drones et de saturations, pataudes, stables et pourtant enivrantes.
En 2002, Words on Music décide de rééditer l’album en doublant le nombre de chansons, ce qui permet de découvrir par exemple l’étonnant « Soothed », dont la beauté et la lourdeur rappelle ce que pourra faire plus tard Justin Throadwak avec Jesu, ou encore « Singe », laconique et rêveur. A noter que ces bonus comprennent deux reprises étonnantes : tout d’abord « Own Two Feet » des trop méconnus néo-zélandais Jean-Paul Sartre Experience, puis ensuite, et surtout, l’extraordinaire « Merge » du groupe culte 18th Done, morceau superbe, nonchalant, saturé mais plein de grâce.

Aucun commentaire: