30 mai 2009

Sugar Plant : Trance Mellow



Trance Mellow de Sugar Plant


Sortie : 1997
Produit par Shin'ichi Ogawa
Label : Pony Canyon/World Domination


Il fallait oser mais Sugar Plant n’a pas hésité. Allant encore plus loin dans la langueur jusqu’à atteindre la quintessence de leur style sur ce mini-album, le duo japonais s’offre même le luxe imparable de signer une chanson au piano de plus de vingt minutes ! Vingt minutes ne contenant presque rien d’autre qu’une montée de gamme sur cinq notes, suivi de sa descente, le tout réitéré inlassablement, étirant le moment sans s’arrêter et donnant l’impression de toucher l’infini. « Meadow » est une expérience véritablement entêtante, allant même jusqu’à créer un vertige.
Appréciant développer des climats extrêmement doux et apaisant, à base de trois fois rien, une batterie émoussée, quelques accords à la guitare grattée sporadiquement, une voix légère et angélique, celle de Chinatsu, Sugar Plant signe un recueil de berceuses.
Impossible de ne pas céder à la torpeur lorsqu’on écoute de tels morceaux, comme le profond et pourtant déliquescent « Trance Mellow », son orgue, ses arpèges de guitares joués à la vitesse d’une tortue, ses paroles susurrées qui laissent tant songeur…
Les claviers de « I was you » terminent une chanson, construite sur pas plus que deux accords, mais d’une irrésistible tendresse, tandis que les percussions, la guitare sèche, les échos féeriques et les samples de harpes confèrent un cachet presque magique à « Impure ». Le chant se fait constamment cajoleur, aérien mais tout de même très chaud, comme si Chinatsu souhaitait nous rassurer, nous caresser.
Des berceuses répétitives, simplistes mais d’une pureté à couper le souffle, qui s’égrènent et s’étalent pendant de longues, longues minutes, de manière à hypnotiser l’auditeur, qui n’a plus alors qu’à se laisser aller, fermer les paupières et s’évader dans des pays imaginaires.


Aucun commentaire: