19 octobre 2008

All Natural Lemon and Lime Flavors : Turning Into Small


Turning Into Small de All Natural Lemon and Lime Flavors

Sortie : 1997
Produit par Pete Murphy
Label : Gern Blandsten

La frontière entre le merveilleux et l’étrange est souvent floue, et All Natural Lemon and Lime Flavors a l’habitude de traîner dans ces zones là.
Dissipé et agrémenté de claviers, l’album avance en miroitant des reflets intriguant, des échos de voix, des touches féeriques, des douceurs vocales incompréhensibles, des climats lounges et cosmiques à la fois. On flotte et fluctue sur le magnifique « You can’t never tell », avec clavier de film fantastique, basse angoissante et déluge de guitare. Les instruments dérapent comme des extra-terrestres un peu bizarroïdes (« Your imagination ») à la manière d’un dub lancinant de l’espace. Ou se font le support d’une poésie dont on ne sait si elle est à dominante féminine ou cybernétique (« Snowflake Eye »).
Alors qu’on pourrait se reposer à l’écoute d’une plage aérienne, des accrochages, des virements viennent toujours perturber l’équilibre pour y insérer une dose de variables, d’inconnus, de troubles qui apportent tout leur charme. L’ensemble se drape de féerie bien souvent, mais une féerie bancale, difficilement appréhendable au premier abord, car composé d’ajouts incongrus, artificiels. Que ce soit le rythme indus et techno (« Puzzle into pieces ») ou l’ambiance rumba (« Emergency Turn Off »), chaque pièce insérée provoque le renversement de ces temps paisibles savamment composés et qui surprennent à chaque fois.
Le deuxième album des américains, beaucoup plus maîtrisé et cohérent, reste tout de même suffisamment original pour posséder son propre univers personnel, notamment grâce à la prise en compte des claviers dans la construction de ces couches sonores, guitares saturées plus voix suaves et laconiques. Il en fait clairement un groupe à part, intéressant et intriguant, dans le monde du shoegaze.
Bien que regorgeant de surprises vouées à faire planer, le caractère premier de l’album reste tout de même son incroyable fluidité, mélangeant guitare et synthé jusqu’à ne plus les distinguer l’un de l’autre.

1 commentaire:

Gravity Grave a dit…

Super album en effet ! Il est d'ailleurs encensé par dälek dans le dernier Noise mag