6 avril 2011

KG : Candy loves me so


Candy loves me so de KG

Sortie : 1993
Produit par Rémy Bux
Label : Lo-Fi


Le plaisir est simple, enfantin, limite régressif : casser et détruire tout ce qui brille. Rémy Bux, l'homme derrière le nom obscur de KG, va proposer de très courtes chansons, toutes adorables, toutes mignonnes, toutes gorgées de sucres glace, si elles n'étaient pas massacrés par d'insupportables distorsions électriques. On décelèle même beaucoup d'innocence sur une chanson comme le jubilatoire "Loves me forever", avec ses guitares sèches et son ambiance twee, mais qui devra céder face aux aggressions répétées des saturations.
On devine le goût du bonhomme pour l'expérimentation et un esprit aussi tordu et vicelard ne peut conduire qu'à prendre sans cesse le contre-pied. Sur son premier EP, Rémy Bux montre tout son amour pour My Bloody Valentine, dont il reprend tous les codes. Sur le titre éponyme, "Candy loves me so", on retrouve certes les distorsions qui font mal aux oreilles (mais vraiment mal) comme tout autant ces voix géniales, alternance entre le chant masculin désabusé et le chant féminin angélique. C'est très court à chaque mais c'est très bon. On sent une urgence et une spontanéité qu'on retrouve dans peu de groupes finalement. Aussi bien dans les guitares qui ne ménagent pas et ne sont pas là pour arrondir les angles, que dans le ton, au service d'une mélodie précose, éjaculatoirement parlant.
L'alliance entre la sucrerie et le piquant est un régal. Il ne faut d'ailleurs pas se fier au titre "You my sweet wounded bird" car c'est en réalité un vrai massacre en règle des hymnes pop. On reconnait, stupéfait, un rythme preque indus et des grésillements à casser les oreilles, avant de stopper brutalement et laisser place à une pause stratosphérique, puis de reprendre de plus belle ! Il n'y aura malheureusement pas de poursuites dans le même style, poussant l'exploration encore plus loin et surtout du côté de l'électro, et ce premier EP devra donc se contenter d'un statut de curiosité dans le monde de l'indé français.

Aucun commentaire: