29 novembre 2008

Fiche artiste de The Earthmen



The Earthmen


Il est nécessaire de replacer l’Australie sur la carte de la pop. Ce pays a contribué à fournir de nombreux groupes originaux et capables de signer des tubes à la pelle. Mais rares sont ceux qui pensent à regarder ce qu’il se passe là-bas.
Pourtant, pendant une poignée de minutes (la durée en fait de leur premier single « Cool Chick #59 », sorti en 1991), The Earthmen aurait du être au sommet, être les rois. Englobant l’héritage sixties et la folie noisy qui sévissait en Angleterre au début des années 90, la formation de Melbourne composera quelques chansons terrifiantes d’énergie et de fouillie pop.
Alors qu’ils étaient encore gamins, Scott Stevens, Aaron Goldberg, Nick Batterham, Glen Petters et Eric Prentice, signe sur le label Summershine Records qui les aide à presser en vinyls leurs singles. Aux Etats-Unis, ils se font un petit nom, aidé par le label Slumberland qui édite leurs singles là-bas et Seed Records qui diffuse un recueil. D’ailleurs en 1994, ils feront une tournée aux Etats-Unis, avec Velocity Girl ou Jupiter Sun.
Complice de Drop City et formation culte en son pays, le groupe représente une frange affranchie de la pop australienne, influencée par ce qui se faisait ailleurs mais tiraillée par l’envie de s’en détacher. Seulement The Earthmen, avec son deuxième album « Loved Walked In » (avec sa pochette qui fit scandale, représentant un couple nu), souffrira inévitablement du jeu des comparaisons. Face à Blur, James, Manic Street Preachers et tant d’autres, The Earthmen ne fait pas le poids pour les gens. Un album chatoyant et frénétique dont la plupart passa à côté. Dommage.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, Merci pour votre blog, je me permet d'écrire sur la bio de ce groupe australien. Pour avoir votre avis (en espérant une réponse venant de vous). Sur un groupe australien, avec un premier single chez summershine. Ce groupe se nomme Ripe (je pense certainement que vous avez du les croiser).
En tous cas à l'écoute du deuxième album the plastic hassle, et au visionage du clip de piètre qualité. Ce groupe selon moi correspond au mouvement et à l'esthetique shoegaze.
Merci pour votre lecture, et pour le blog qui m'a permis d'approfondir la connaissance du shoegaze.

Victor Provis a dit…

Excellente remarque !

En effet, Ripe possède quelques codes shoegaze dans sa musique, notamment sur le clip de "Something Fierce", qui en reprend les codes esthétiques (voir d'ailleurs l'article à ce sujet).
Mais Ripe est aussi influencé par le psychédélisme, c'est pourquoi un titre contribue à la célèbre compilation de Beggars Banquet, en compagnie de Loop, Mercury Rev ou Sun Dial.

Ripe est le premier groupe australien à avoir signer sur le mythique Summershine Records, mais ce single ("We're all trying") sonnait pas mal twee et indie pop, façon C-86. Ce ne sera donc que plus tard que le ton se durcira, probablement sous l'influence des narcotiques.
Néammoins Ripe est un groupe qui aura contribué à la scène australienne de shoegaze, dont Summershine est la base.
Prochainement, un article sera consacré à cette scène.

Bonne lecture et merci pour cette pertinente intervention.

Anonyme a dit…

Merci pour votre réponse.
En effet j'avais découvert Ripe par le 2ème album, puis j'ai acquis le premier et avec regrets découvert que celui ci est plustôt twee.
J'ai d'autres questions si cela ne vous dérange pas trop.
Votre avis sur un groupe scandinave du nom de Whipped Cream (j'ai peur que cela soit aussi considérer comme lorgnant vers le psychédélisme)?
Y a t il eu une scène shoegaze venant de scandinavie? (j'ai rapidement cherché mais rien dénicher peu être à part Whipped cream)
Concernant Cranes j'ai pu voir vos critiques sur xsilence. Je comprend qu'il ne soit pas sur votre blog à l'écoute de leur musique, mais je n'arrive pas à m'expliquer cette chose qu'il fait quil soient considérer comme du mouvement shoegaze, mais qu'il n'aient pas leur place sur votre blog?
Dernières petites interrogation technique du blog:
Le groupe Drop n'est plus listé sur le blog, ainsi que l album de Blindside ne fait plus partie des coups de coeur? Simple choix ou défaut technique? Merci pour votre éventuelle réponse et pour votre blog.

Victor Provis a dit…

Cher lecteur,

Pour éviter une trop forte dispersion, il a fallu effectivement faire un tri. Ces choix se font souvent à regret car beaucoup d'albums cultes sont parus au cours de ces années.
Mais l'édito se veut concentré sur un style et une scène. J'ai ainsi supprimé quelques artistes qui au final n'avaient que trop peu d'accroches avec le shoegaze.
Ensuite, en effet, Cranes est parfois associé au shoegaze mais c'est une erreur : le style est en réalité gothique. "Forever" est un chef-d'oeuvre. J'adore Cranes et je le recommande à tous... mais ce n'est pas du shoegaze.
Quant à Blindside, grand groupe australien, il fait bien-sûr partie de mes grands coups de coeur pour sa qualité.
Concernant la scandinavie, peu d'infos, mais j'ai entendu parler de Whiped Cream (très psyché par contre), et aussi de The Bear Quartet, très bon groupe suédois. Les chroniques viendront prochainement. Dans l'attente, il est possible d'écouter Röövel Ööbik, qui est estonien (ce qui est presque proche de la scandinavie !)