20 juin 2016

Parkinson D.C. : Overdream

Overdream de Parkinson D.C.

Sortie : 1992
Produit par Pere Bondas
Label : Munster

Parkinson D.C. ? Une énergie sans commun, une insouciance illuminée, un sens inné pour les mélodies imparables...
Parmi les influences, il y a évidemment Sonic Youth, Teenage Fanclub, Sugar, Jawbreaker, Pixies, mais aussi Ride ou My Bloody Valentine, ce qui donne lieu à des petites chansons savoureuses, associant grosses guitares et petites voix.
La force de la bande barcelonaise est d'avoir transformé des chansons punk-pop enflammées en hymnes intemporelles, entraînantes et marquantes. Dès "The Trip", le ton est donné et ne sera plus lâché jusqu'à la fin. Effrénées, à fleur de peau, ces bombes soniques sont sublimées par la finesse recherchée, parfois précieuse ("Love's a haze"), par l'engouement employé par tous les membres du combo au top de leur forme, par ce jeu de guitares exceptionnel, par le chant, toujours doucereux et fragile, bref par cette magie qui s'est emparé du groupe et qui habite ce premier album de bout en bout.
Produit en 1992 avec les modestes moyens de leur label, Overdream fait figure de porte d'entrée de l'indie pop à l'espagnole, urgente et intense. Aucun titre n'est à jeter, tant ils sont tous formidables pour leur sens mélodique qui ne délaisse pas pour autant la complexité de l'écriture ("Compulsion" ou bien l'acoustique "Sad Love").Comment ne pas oublier "If you smile", mêlant puissance et sensibilité, ou "Sonic Waves" et ses fuzzs incroyables, un vrai défouloir façon Dinosaur Jr ? Parkinson D.C, c'est une perle rare des années 90, le genre de groupe qui rétablit enfin le rock underground espagnol à sa juste valeur, au même titre que El Inquilino Communista, Sr Chinarro ou Autralian Blonde.
Redoutable du début à la fin, comme sur "Heavy Drug", à filer des frissons, avec son petit côté féerique, sa détente en milieu de morceaux, et sa basse terrible, Overdream balaye tout sur son passage, met les choses à plat et s'impose comme une curiosité à n'occulter sous aucun prétexte !

Aucun commentaire: