27 octobre 2011

Tongue : Tongue EP


Tongue EP

Sortie : 1994
Produit par Scott Elder
Label : Mason Ring

Deux titres sous-produits, presque Lo-Fi, façon Swirlies ou les tout premiers Velocity Girl, avec une sorte d’étrangeté qui les détache du lot. Certes, les guitares sont tellement grossières qu’elles provoquent un sacré vacarme, mais il existe dans cette musique, un sens du décalage, une déconstruction, une volonté de sortir des schémas couplet-refrain habituel pour proposer de superbes mélodies venant de nulle part. Il s’y cache beaucoup de surprises qui deviennent alors de véritables délices.
Les riffs sont hachés, le tempo est lourd, le son presque noise, le chant quasiment inaudible et pourtant très doux, la structure est éclatée, les distorsions sont légions, « That ceiling » n’en dégage pas moins un charme incroyable, extrêmement rafraîchissant. Et la très belle voix mutine et légère de Deborah n’est pas étrangère dans le pouvoir d’attraction qu’exerce Tongue.
L’intro douce, longue, parfois bousculé d’éclairs saturés, de « Dunebuggy », saupoudré d’un chant aussi félin qu’angélique, s’inscrit dans un style typique de cette époque. D’autant que par la suite la chanson, qui s’étire sur près de six minutes de bonheur rapiécé, enchaine les miaulements divins, les détours, les fracas sonores, les déboulés à la batterie, les crescendos, les ralentissements, les pauses avec une toute petite mélodie grattée doucement sur une guitare mal accordée au son crispant, l’évaporation, confère à la musique de Tongue un cachet rustique, aussi grinçant que remarquable de grâce.

Aucun commentaire: