23 février 2010

Purple Ivy Shadows : EP



Purple Ivy Shadows

Sortie : 1992
Produit par David Auchenbach
Label : My Pal God

Les accords à la guitare, éperdus, semblent jaillir d’un brouillard épais, les voix lointaines et énigmatiques, venir d’un monde où il n’y a que des nappes vaporeuses, des échos éthérées et des coups de caisse à l’abandon, une merveille désolée.
« Cascade », la chanson porte bien son nom, tant il ne s’agit que d’un flot qui coule, un fluide qui se répand par saccade, un mouvement lent et étalant sa splendeur comme une flaque. Obscur et sibyllin, ce titre confère en tout cas une drôle impression de flottement, synonyme du laconisme incroyable du groupe à ses débuts, en proie à des absences ou de la négligence.
On en oublie de chanter distinctement, on se contente de murmures, de vocalises douces à peine intelligibles, d’échos à la guitare, rien de plus, il ne faut pas en attendre beaucoup, et pourtant, tout est dit : la misère, l’abattement, le merveilleux, la contemplation, l’évasion.
On se laisse alors dériver vers un état léthargique, englué qu’on est par ce rythme indolent, ce manque flagrant de vigueur et d’ossature. Ces deux morceaux, assez confondant en fait, notamment « Fire », qui n’est ni plus ni moins qu’un empilement de vagues, paraissent fatigués, épuisés, à bout de souffle, flémardes et décharnés.

Aucun commentaire: