26 juin 2007

Chapterhouse : Pearl EP



Pearl EP de Chapterhouse

Sortie : 1991
Produit par Jim Warren
Label : Dedicated


Ce single, précédant de peu "Whirlpool", fut l’occasion de découvrir une facette plus nébuleuse du groupe, qui avait la réputation de donner dans l’hédonisme. Et c'est notamment sur le single "Pearl" que Chapterhouse sera jugé, contribuant à faire monter le buzz.
Les voix ne seront quasiment plus que fantomatiques, rêveuses et oubliées, derrière un arrangement somptueux, samples, boite à rythme, guitares sèches, claviers et éclairs de guitares.
On a du mal à croire à l’écoute du songeur « In my arms » que l’on a à faire à des gosses. Car la grâce est sans cesse recherchée, aspiration pourtant délaissée habituellement par les âmes matérialistes. Mais Chapterhouse symbolise l’évasion. Tant pis pour les rêves brisés et pour les espoirs fendus, les chemins traversés sont trop beaux pour passer à côté.
Une douce mélancolie vient d’ailleurs s’immiscer dans ce trip psychotrope, notamment sur le divin « Come Heaven », et l’on ressent alors exactement ce que ces musiciens ressentent, tout en étant en même temps spectateurs de ce laisser-aller, et l’on regarde alors ces gosses précoces se perdre et dériver dans leur propre évasion, avec un affect ravagé par les drogues et proche du zero absolu dans l’échelle de l’implication émotionnelle. Aucune rage, aucun dépit, rien hormis l’étrange et déstabilisante impression d’être valdingué, de se diluer sous l’effet des choses, de se liquéfié sous la musique, alors plus grande que nous.
Mais à l’instar d’une plongée sous l’eau, il est alors bon de se laisser caresser par ce fluide duveteux. La beauté atteinte est telle qu’elle renforce et enveloppe comme un fluide. Un fluide de magie, de délicatesse, de puissance évocatrice aussi, mais dont les effets féeriques vont bien au-delà de notre propre nature. A l’image du merveilleux « Pearl » dont chaque écoute répétée brise le cœur, condamné à être trop petit pour accueillir un recueillement de majesté si grand.

Aucun commentaire: